Le meilleur de la nature

BDIH

Qui est-ce ?

C’est une fédération de marques pharmaceutiques et d’industries allemandes œuvrant dans le domaine de la santé, de la diététique et des produits d’hygiène crée en 1951.

Quels sont les produits concernés ?

Le label BDIH s’applique à la cosmétique.

Qu’implique-t-il ?

Le BDIH s’appuie sur une charte très complète et très stricte, visant à définir clairement l’appellation « cosmétique naturel ».
Le cahier des charges est fondé par une « liste positive » d’ingrédients autorisés.
Un seul ingrédient non autorisé suffit à la non certification du produit.

Les Volontés de la Charte

- désir de transparence envers le consommateur
- proposer des cosmétiques naturels, sûrs, écologiques, conformes aux attentes de l’utilisateur
- opposition active à toutes substances génétiquement modifiées,
- volonté de respecter, protéger la nature,
- préserver les bases vitales naturelles
- protection des animaux et des espèces
- faire appel autant que possible aux matières premières provenant du commerce équitable

Comment le label est–il attribué et comment s’exerce le contrôle ?

Par souci de transparence et de crédibilité, le BDIH charge des organisme indépendants de veiller à examiner la composition des produits à certifier et leur méthodes de production. Ils contrôlent point par point la conformité au cahier des charges donné
Ainsi, les fabricants et les laboratoires sont contrôlés tous les ans et les produits sont certifiés un par un. Le certificat de conformité est valable pendant 15 mois, il s’applique à un produit et non à une marque.

Les idées maîtresse de la charte

Matières premières végétales

Utilisation de matières premières végétales issues de l’agriculture biologique en respectant la qualité et la disponibilité, ou de cueillette sauvage biologique contrôlée.

Protection des animaux

Aucun test n’est autorisé que se soit lors de la conception, de la fabrication du produit ou du contrôle du produit fini.
Tout essai effectué sur les animaux par un tiers est exclu.
Les matières premières issues de mammifères tués pour les obtenir sont interdites.
Ex : Graisse de baleine, huile de tortue ou de vison, graisse de marmotte, graisse animale, collagène d’origine animale et les cellules vivantes.
Ceci n’exclu en rien l’utilisation de matière animale provenant d’animaux vivants issus de préférence d’élevage biologique.
Ex : cire d’abeille , ou lanoline obtenue de la laine de mouton.

Matières premières minérales

Le recours à des sels inorganiques ( sulfates de magnésium) et à des matières premières minérales ( chlorure de sodium) est autorisé.

Matières premières à usage réduit

Pour les bases lavantes et émulsifiantes sont autorisés des composants extraits par hydrolyse, hydrogénation, réactions d’estérification, transéstérification ou autres fissions et condensations des substances naturelles suivantes :
- graisses, huiles et cires
- lécithine
- lanoline
- mono, oligo et poly saccharides
- protéine et lipoprotéine

Renoncement volontaire

Aux colorants organiques synthétiques
Aux substances aromatiques synthétiques
Aux matières premières éthoxylées
A la silicone
A la paraffine et à tout autres produits dérivés du pétrole
La norme ISO 9235 est le critère d’autorisation pour les substances odorantes naturelles.

Conservation

Limiter les conservateurs de synthèse aux produits les plus doux.
Acide benzoïque, ses sels et ethylester
Acide salicylique, ses sels et ethylester
Acide sorbique et ses sels
Alcool benzyl
Néanmoins en cas de recours à ces conservateurs, il est obligatoire de le signaler clairement sur l’emballage « conservé avec… ».

Pas de rayonnements radioactifs

Il est formellement interdit de désinfecter les matières premières organiques et les produits finaux cosmétiques par le biais de rayonnement radioactif

 

Pages